Que signifient les AISP et PISP ?

null
Matthew Blenkarn, Content Writer
19 Jul 2022
null

Les prestataires de services d’information sur les comptes (AISP) et les prestataires de services d’initiation de paiement (PISP) sont essentiels à l’open banking. Qu’il s'agisse de permettre la mise en place d’une multitude de nouveaux produits financiers ou d’offrir une meilleure façon d’accepter les paiements, l’open banking change la façon dont les consommateurs et les entreprises gèrent leur argent. Les AISP et les PISP sont la clé de cette innovation.

Ainsi, que sont les AISP et les PSIP, qu’est-ce qui les différencie et comment fonctionnent-ils ? Voici quelques éléments de réponse.

Qu’est-ce que l’open banking ?

Pour différencier les AISP des PSIP, vous devez comprendre les principes de base de l’open banking. D’une manière générale, l’open banking permet aux entreprises agréées d’accéder aux comptes bancaires avec l’autorisation de leurs titulaires.

Grâce à une technologie appelée interface de programmation d’applications (API), les applications bancaires ouvertes peuvent recueillir des données financières et même initier des paiements. Le processus étant facile et rapide, l'open banking est idéal pour des applications allant de la budgétisation aux paiements e-commerce, et plus encore. Les consommateurs contrôlent le degré d’accès de ces applications et doivent autoriser toutes les transactions.

En France, l'open banking a été mis en place suite à l'entrée en vigueur de la deuxième directive européenne sur les services de paiement (DSP2) le 13 janvier 2018. Ce règlement exige que toutes les banques et tous les prestataires de services de paiement accordent  aux prestataires autorisés, avec le consentement préalable des clients, l’accès aux données financières de ceux-ci. Les informations open banking en France peuvent être obtenues de manière sécurisée et standardisée via des API. Il est ainsi plus facile pour les entreprises d'utiliser les données pour créer des services utiles aux consommateurs.

Quelle est donc la place des AISP et des PISP ?

La Banque de France décide quelles entreprises peuvent accéder aux données open banking et les utiliser. Les organisations autorisées sont connues sous le nom de prestataires tiers (TPP), qui sont désignés comme AISP et PISP. Ces catégories différencient la manière dont les tiers peuvent utiliser les données collectées grâce à l’open banking :

  • Les AISP, ou les agrégateurs, offrent des services d’information sur les comptes (AIS) en recueillant des informations financières en lecture seule. Ils peuvent rassembler les données de plusieurs comptes bancaires, mais ils ne peuvent pas initier d’activité, comme des paiements, à partir de ces comptes.

  • Les PISP fournissent des services d’initiation de paiement (PIS). En d’autres termes, ils peuvent non seulement accéder à des informations financières et les présenter, mais aussi transférer de l’argent du compte bancaire d’un utilisateur. Les clients doivent donner leur consentement à ces paiements et peuvent le révoquer à tout moment.

Comment les entreprises obtiennent-elles le statut d'AISP ou de PISP ?

Alors, devez-vous devenir un AISP ou un PISP ? La réponse dépendra de la manière dont vous comptez utiliser l’open banking. Ceux qui cherchent à offrir les services AIS ou PIS ont deux options : une voie directe et une voie indirecte.

Le moyen direct de fournir AIS est de devenir un prestataire de services d’information sur les comptes enregistré (RAISP). Les RAISP peuvent soit accéder aux API de chaque banque, soit travailler avec un prestataire de services techniques pour se connecter via une API unique. Dans certains cas, l'inscription peut prendre jusqu’à 1 an et implique de :

  • s’enregistrer directement auprès de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en tant que TPP et faire des rapports réguliers ;

  • maintenir la conformité avec la DSP2 et traiter les plaintes des clients ;

  • souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP).

Les entreprises peuvent également emprunter la voie indirecte et devenir un agent AIS auprès d’un AISP réglementé. Les AISP fournissent aux agents une API unique pour accéder aux données bancaires et assument la responsabilité de la conformité à la DSP2. Bien que les agents doivent se soumettre à l’audit de conformité permanent de leur prestataire de services, le processus d’intégration est beaucoup plus rapide. Les agents AIS obtiennent généralement une autorisation d’accès dans un délai de quatre à six semaines.

Les entreprises qui souhaitent proposer des services PIS sont confrontées à une décision similaire. L’une des options consiste à s’enregistrer en tant que PISP auprès de l’ACPR. Comme pour les RAISP, les PISP peuvent se connecter aux comptes par le biais d’API bancaires ou d’une API d’un prestataire de services techniques. Dans certains cas, la procédure d’enregistrement peut également prendre jusqu’à 1 an, et les candidats doivent :

  • suivre les règles de la DSP2 et répondre aux demandes des clients ;

  • embaucher des professionnels de la conformité en interne ;

  • prouver qu’ils disposent d’un capital initial de 50.000 euros ou plus ; 

  • posséder une RCP.

Il existe également une option indirecte, qui implique qu’un TPP enregistré s’intègre à votre application ou site web pour gérer les paiements. Là encore, le PSP doit se conformer à la DSP2 et répondre aux plaintes des clients, mais ces derniers n’ont pas besoin d’acheter des informations nominatives ou de satisfaire aux exigences de capital initial. Le temps d’intégration est également minime : les entreprises n’ont qu’à attendre la fin de leur intégration.

Pour en savoir plus sur les procédures d'agrément en qualité d’établissement de paiement et les délais d'instruction, consultez le site officiel de l’ACPR (l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution).

Comment les entreprises peuvent-elles bénéficier des AISP ?

Travailler avec un AISP peut aider les entreprises à utiliser les données des clients pour améliorer leurs produits.

En accédant directement aux données des comptes bancaires, les entreprises disposent d’informations sur les finances de leurs clients. Prenez l’exemple de la budgétisation intelligente. Avec l’aide d’un AISP, des applications de finances personnelles comme Plum analysent les habitudes d’achat de leurs utilisateurs et leur recommandent des plafonds de dépenses personnalisés et des opportunités d’épargne uniques.

Les prêteurs peuvent également accéder aux données des clients pour accélérer leurs processus d'évaluation. Par exemple, Zopa utilise à la fois les données relatives aux revenus et aux dépenses pour calculer la solvabilité de l’emprunteur. Cela leur permet d’approuver les prêts plus rapidement avec des coûts administratifs réduits.

L’enregistrement en tant qu’AISP permet aux entreprises de proposer des fonctionnalités qui améliorent davantage l’expérience client. Des applications financières comme Revolut et Numbrs utilisent des API de données pour créer un tableau de bord unique qui intègre de manière transparente tous les comptes de leurs utilisateurs en un seul endroit. Il en résulte une plus grande visibilité et une plus grande facilité d’utilisation.

Comment les entreprises peuvent-elles bénéficier des PISP ?

Comme pour les AISP, les PISP peuvent aider les entreprises à offrir une meilleure expérience client. Les paiements open banking nécessitent moins d'étapes et moins de saisie de données que les autres méthodes.

Mais les clients ne sont pas les seuls à en bénéficier. Les paiements open banking aident les commerçants à économiser de l’argent et à régler les transactions plus rapidement. Leurs coûts d'exploitation et leurs frais de traitement sont minimes et, avec le règlement instantané, la trésorerie devient beaucoup plus facile.

Qu’elles travaillent avec un AISP pour permettre aux clients de mieux exploiter leurs données financières ou qu’elles utilisent un PISP pour accepter les paiements, les entreprises ont beaucoup à gagner de l’open banking. Découvrez comment vous pouvez en bénéficier.

Pour en savoir plus, consultez notre guide définitif de l’open banking.

Latest
how-to-reverse-chargebacks
20 May 2024

How to successfully reverse chargebacks

europe-path-to-payment-leadership
13 May 2024

Charting Europe’s path to payments leadership

hand folding a debit back with a X in the background
10 May 2024

Chargeback prevention: 7 ways to reduce chargebacks

Categories to explore